Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / vie-associative / Bottin des associations / Sociales / A.D.E.O. (Aide et développement pour l'enfance oubliée)
Actions sur le document

A.D.E.O. (Aide et développement pour l'enfance oubliée)

DARIMONT André

Bolimpont, 62/A

4845

JALHAY


Il y a maintenant 10 ans, je suis parti en Afrique de l’Ouest pour y rencontrer un missionnaire, le père SEBASTIEN MALUMA.
Ce missionnaire est une personne de grande valeur, car depuis de nombreuses années il se bat pour améliorer le sort des enfants de OUEDO.
OUEDO, est un village de brousse situé à +/- 50 Km de la capitale Cotonou.
Ce village, sans eau potable et sans électricité est composé de paysans vivant des maigres ressources générées par une agriculture encore rudimentaire.
Cette situation de pauvreté, avec le lot de difficultés que rencontre chaque jour la population, a une incidence directe sur le sort des enfants souvent livrés à eux même.
Il faut également savoir qu’au Bénin, comme dans d’autres  pays d’Afrique de l’ouest, deux enfants sur cinq, n’existent pas officiellement, ils n’ont pas été enregistrés, ils n’ont aucun droit et sont les victimes toutes désignées des abus.  Exemple : « trafic » un enfant peut être acheté à sa famille et cela pour quelques dizaines d’euros.
Fort de cette expérience, nous avons décidé, le missionnaire et moi même, de réagir.
 

 Le but de notre projet :

 
Le but final de notre projet est la réalisation, d’un centre d’accueil  comprenant une école ouverte à tous et un captage d’eau potable.
 
1er étape : après avoir récolté suffisamment  d’argent, nous avons construit une ferme sur un terrain de 3000m² donné par la paroisse.
Nous avons également pu acheter un groupe pompe pour l’irrigation des plantations.
Nb : cette ferme, qui va grandir en même temps que l’école, va garantir  l’autonomie totale du projet.
 
2ème  étape : construction, aménagement et mise en route d’une classe de première année.
Cette classe se compose de quarante élèves (25 garçons et15 filles) sous la direction d’un instituteur diplômé.
 
3ème étape : mise en route d’une seconde classe pour le 4/oct./2005 (fabrication mobilier, salaire du deuxième  instituteur ...)
Nous avons aussi réalisé en novembre 2004, un forage pour alimenter la population en eau potable.
 

Concrètement, aujourd’hui sur le terrain, où en sommes nous:

 
En 2008 nous en sommes au total, à 3 classes de cours rénovées qui se situent au centre du village, + 3 nouvelles classes de cours, des toilettes et un bureau magasin, qui  se trouvent sur le nouveau terrain qui à été mit à notre disposition par la commune.
Toutes ces classes sont opérationnelles, elles comptent à la date d’aujourd’hui 240 élèves   qui peuvent bénéficier chaque jour d’un enseignement de qualité.
 
 
La suite du programme pour 2009 a été de réaliser, sur le nouveau terrain un dernier module de trois classes, ce qui nous a permis d’accueillir ainsi, tous les enfants dans le même cite.
Je me rends là- bas au mois de juillet.
 
Il faut également préciser que la ferme du départ est toujours opérationnelle et que chaque année elle apporte son soutien à l’école ainsi que les parents d’élèves, qui par leur aide, permettent de rendre petit à petit cette école autonome, ce qui bien entendu est le but à atteindre.
 

                                      SUITE DU PROJET JUILLET 2009 CONFORMEMENT AU PROGRAMME

 
En 2009 nous avons donc réalisé sur le nouveau terrain, un autre module de trois classes avec bancs, armoires et bureau.
Nous en sommes à présent à six nouvelles classes, un bureau magasin et des sanitaires sur le nouveau site.
Pour ce qui est des classes du centre du village, l’une d'entre elle accueillera les plus petits, les deux autres seront destinées à alphabétisation des adultes et aussi à accueillir les infirmières une fois par semaine.
Nous avons également envoyé, avec l'aide de l'armée belge, un grand nombre de livres et de matériel didactique.
 
Le trois juillet 2011, je vais me rendre à nouveau en Afrique, mon travail consistera à réhabiliter des centres d’accueil pour des enfants handicapés.