Vagues d’attaques de loup sur moutons dans les Hautes-Fagnes.  L’importance de prévenir plutôt que guérir.

Partagez cet article

En un mois exactement (23/7/2021 – 22/8/2021), 32 moutons ont été victimes d’attaques de loup dans la Zone de Présence Permanente du loup Akéla.  Aucun des élevages attaqués n’était protégé contre le loup.  Nous rappelons ici l’intérêt de contacter Natagriwal sans tarder afin de se prémunir de nouvelles attaques.

 

Un effet meute cumulé à des loups dispersants ?

En décembre 2020, le loup Akéla a été rejoint par la femelle Maxima.  De ce couple sont nés 3 louveteaux, identifiés en juin 2021.  Cette multiplication de bouches à nourrir pourrait avoir modifié le patron de prédation de Akéla, jusque-là essentiellement tourné vers les proies sauvages.  Il n’est pas exclu que certaines de ces attaques soient également le fait de loups dispersants, par définition solitaires et en quête d’une alimentation « facile ». Seules les analyses génétiques permettront de connaître précisément l’origine du ou des loup(s) responsable(s) de ces attaques.

 

Prévenir plutôt que guérir

Quels que soient les résultats de ces analyses, il est impératif que chaque éleveur décourage sans plus attendre – et idéalement avant une première attaque – le prédateur de s’en prendre à ses proies domestiques en lui compliquant la tâche via un système de protection efficace.  Un second appel est donc lancé par l’association Natagriwal aux éleveurs situés en Zone de Présence Permanente.

  • Chaque éleveur désireux de bénéficier (1) d’une analyse des risques encourus avec le système de protection en place et (2) de conseils pour renforcer ce système, est appelé à prendre contact avec Natagriwal via l’adresse suivante : loupnatagriwal.be

NB : Dans le cas des élevages de plus de dix têtes, 80% du coût de l’installation d’une protection durable seront remboursés.  L’installation d’une protection par filets mobiles est quant à elle gratuite et possible quelle que soit la taille de l’élevage.

 

Des dommages indemnisés pour les éleveurs professionnels et amateurs

Un éleveur dont le troupeau a subi une attaque de loup peut introduire une demande d’indemnisation des dommages auprès du Département Nature et Forêts.

Il faut pour cela remplir quelques conditions :

  • Le Réseau Loup a été contacté au maximum dans les 48 heures après la supposée attaque.
  • L’éleveur, qu’il soit professionnel ou simple amateur, doit disposer d’un numéro de troupeau.
  • les dégâts causés par le loup doivent être directs (animaux morts et/ou blessés) et imputables à haute probabilité au loup
  • l’éleveur doit avoir mis en place des moyens de protection de son troupeau en cas de répétition d’attaques

 

 

Ces services sont rendus en vertu du Plan Loup puisque l’espèce est protégée.

Pour prendre connaissance du plan loup ou contacter le Réseau Loup :   www.reseauloup.be

Pour contacter Natagriwal : prevention.loupnatagriwal.be

 

Violaine Fichefet et Alain Licoppe, cellule faune sauvage du DEMNA (SPW)